Budget à prévoir dans le cadre d’une primo-accession : nos conseils

By: Thomas

Devenir propriétaire d’un bien immobilier est un grand projet, qui exige que vous planifiiez minutieusement son financement. La plupart du temps, les primo-accédants ont recours au prêt immobilier. Il existe également certains crédits aidés spécialement dédiés à ce profil. Afin de concrétiser ce projet, voici quelques points à souligner sur le budget à prévoir, ainsi que quelques conseils pratiques.

Déterminer le budget disponible et les éventuelles solutions de financement

Avant même de commencer à chercher une maison ou un appartement à acheter, vous devez avant tout vous interroger sur le financement de votre acquisition. C’est exactement ce que vous devriez faire si vous songez à effectuer un pari sportif, sur un site comme NetBet. Vous ne pourrez démarrer vos paris qu’au moment où vous déciderez quel montant vous êtes prêt à miser. Ainsi, la première phase consiste à déterminer votre budget. Cela inclut tous les moyens financiers dont vous disposez. 

Dans la majorité des cas, à part votre apport personnel, une demande de crédit immobilier peut se révéler utile. Évaluez donc le budget que vous pouvez consacrer à votre achat immobilier, et faites le point sur les solutions de financement auxquelles vous pouvez prétendre. Vous pourriez en effet jouir d’une allocation financière ou d’un prêt aidé.

Pour être fixé, servez-vous d’un simulateur qui vous permettra de dresser le bilan de votre faculté à contracter un crédit. Pour ce faire, tenez compte de toutes vos charges, y compris vos frais courants, vos assurances, vos impôts ainsi que vos emprunts en cours. Incluez vos revenus réguliers, à savoir votre salaire et éventuellement vos pensions. Ajoutez à tout cela votre contribution personnelle ainsi que les charges d’acquisition. Cela vous aidera à estimer les mensualités que vous serez capable de rembourser.

À lire aussi   Combien d'apl peut-on obtenir pour un loyer de 400 euros ?

Dans tous les cas, si vous envisagez d’entamer une demande de crédit immobilier, vous aurez à satisfaire certaines conditions de ressources. Aussi, le prêt devra se conformer aux deux points suivants : il devra avoir une durée de remboursement maximale de 25 ans. Et pour vous prémunir d’une situation de surendettement, votre taux d’endettement doit être inférieur à 35 %.

Les différentes aides financières accessibles aux primo-accédants

Le financement d’une première acquisition immobilière peut paraître ardu si votre apport ne couvre pas le coût du bien. Mais sachez que certaines aides permettent de réaliser ce rêve. Au titre de primo-accédant, vous avez droit à certaines aides provenant des circonscriptions territoriales et de l’État. Voici donc quelques-unes de ces aides.

Le prêt d’accession sociale ou PAS

Le PAS ou prêt d’accession sociale est un crédit immobilier octroyé aux personnes ayant des revenus modestes, souhaitant détenir une résidence principale à leurs noms. Elles ont le choix entre acheter un bien ou en faire bâtir un.

L’avantage avec le PAS est qu’il permet de financer l’intégralité d’une première acquisition immobilière. Son délai de remboursement varie généralement de 5 à 30 ans. Quant à son taux, il est parfois fixe. Mais dans certains cas, il est possible de le changer.

Le PTZ ou prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro ou PTZ est exclusivement destiné aux primo-accédants. Il peut aider à subventionner partiellement la construction ou l’achat d’une résidence principale. Ce, à certaines conditions : ne pas surpasser le plafond de ressources établi suivant la zone géographique du bien immobilier, et être propriétaire d’une résidence principale pour la première fois, du moins depuis deux ans minimum.

À lire aussi   Combien rapporte un lep plein en 2023 ?

La somme allouée dans le cadre du PTZ est relative au type de projet immobilier et à l’emplacement de la propriété. Il faut toutefois noter que le PTZ doit impérativement accompagner un autre crédit, tel que le crédit immobilier traditionnel, le prêt d’accession sociale, le prêt épargne logement ou encore le prêt conventionné.

Laisser un commentaire