8 pièges à éviter lors de la souscription à une assurance-vie

By: Thomas

Souscrire à une assurance-vie nécessite de tenir compte de nombreux éléments : frais et performances à long terme, flexibilité du contrat, ou encore type de gestion. Afin d’éviter de tomber dans un contrat de second ordre, voici dix pièges courants à éviter.

1.Etre bien informé avant de souscrire

La crise financière de 2008 a démontré qu’aucune institution financière n’est infaillible. Informez vous sur la robustesse de la compagnie d’assurance avant de lui confier vos économies.

2.Examiner les taux de rendement passés

En 2012, la plupart des fonds en euros ont offert environ 2,8%, avec un maximum de 3,5% à 4% pour les meilleurs produits. Avant de choisir un contrat, examinez sa performance sur le moyen terme (3 ans) en vous assurant qu’elle est stable et satisfaisante par rapport au marché.

3.Faire attention aux frais

Un contrat d’assurance-vie génère différentes charges :

  • frais d’entrée,
  • frais de gestion,
  • coûts d’arbitrage
  • frais éventuels de sortie

Evitez les contrats dont les frais d’entrée dépassent 5% et ceux facturant plus de 1% pour la gestion.

4.Avoir une clause bénéficiaire bien rédigée

Cette clause est souvent négligée initialement car le montant est bas, mais il augmentera avec le temps. Les notaires recommandent de ne pas en parler aux bénéficiaires désignés et de mettre à jour cette clause en fonction des événements de la vie (naissance, divorce, etc.).

5.Se méfier des douces promesses de gestion

Faites-vous préciser à quoi correspondent les profils de gestion car ils ne sont pas uniformes d’une compagnie à l’autre. Ils sont généralement classés en trois catégories : prudent, dynamique, offensif.

À lire aussi   Comment clôturer un PEL sans projet immobilier ?

6.Ne pas se limiter à un fond en euros

Pensez à diversifier vos placements préférant des contrats à unités de compte. Malgré plus de risque, le rendement pourrait être plus attractif.

7.Outil de gestion en ligne indispensable

Certains assureurs n’autorisent pas la gestion en ligne. Ce service est pourtant indispensable pour l’indépendance qu’il offre, notamment pour un investisseur actif. La gestion en ligne permet d’effectuer les opérations de gestion courantes telles que les arbitrages en ligne.

8.Risque lié à la fiscalité

Au-delà des taux de rendement faibles qui accompagnent les assurances-vie, ils risquent fortement d’attirer l’attention de l’Etat, qui pourrait un jour décider de taxer davantage ce type de placement.

Les Français affectionnent l’assurance-vie depuis plus de 30 ans, mais des risques importants pèsent sur son attractivité. C’est pourquoi il faut s’informer et faire les choix adéquats en fonction de son profil et de ses objectifs.

Laisser un commentaire