Investissement en SCPI : les 5 erreurs à éviter

By: Thomas

Naviguer dans le monde des investissements nécessite de la prudence, en particulier lorsqu’il s’agit des Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI). On peut tomber dans plusieurs pièges, d’où l’importance d’en apprendre plus pour les éviter. Dans ce guide vous verrez les 5 principales erreurs que vous devrez éviter lors de votre investissement en SCPI.

1. Se précipiter dans l’investissement en SCPI à capital fixe

Il serait prudent de réfléchir à deux fois avant d’investir dans des SCPI à capital fixe. Ces formes d’investissement peuvent présenter certains pièges. Par exemple, lors de la crise immobilière des années 90, beaucoup d’investisseurs n’ont pas pu vendre leurs parts de SCPI en raison de la chute des prix. En revanche, les SCPI à capital variable, beaucoup plus courantes aujourd’hui, présentent une plus grande rapidité en termes de vente des parts et de récupération des fonds.

2. Investir dans des SCPI PINEL sans une analyse approfondie

L’investissement dans des SCPI PINEL nécessite une évaluation minutieuse du patrimoine immobilier qui constitue ces entités. Ces SCPI présentent souvent un double risque, notamment à cause de la nature des biens qui les composent et du risque locatif qui y est associé. Peser les avantages et les inconvénients avant de vous lancer.

3. Investir dans une SCPI avec une longue période de carence

La période de carence est un facteur important à prendre en compte lors de l’achat de parts de SCPI. Il vous faut comprendre les raisons de cette période de carence, qui peut varier d’une SCPI à une autre. Une longue période de carence pourrait indiquer un manque de liquidité, ce qui pourrait entraîner des difficultés en cas de départ d’un locataire ou de non-paiement de loyer.

À lire aussi   Quels sont les avantages du PEA ?

4. Investir dans des SCPI avec un faible report à nouveau

Le report à nouveau représente une certaine forme de sécurité pour une SCPI. Ce sont en réalité des fonds de réserve pour combler d’éventuels impayés ou départs de locataires. Une SCPI devrait avoir un minimum de 10% de ces fonds pour garantir la stabilité de votre investissement.

5. Investir sans tenir compte du taux d’occupation

Le taux d’occupation a une influence directe sur le rendement d’une SCPI. Plus ce taux est élevé, plus le montant des loyers perçus est haut. Un taux inférieur à 80% devrait susciter votre vigilance. Un gestionnaire de SCPI doit anticiper les départs des locataires pour maintenir ce taux à un niveau acceptable.

L’investissement en SCPI peut sembler complexe, mais il peut s’avérer rentable si vous faites les bons choix. Il ne faut pas uniquement se concentrer sur le rendement de votre SCPI. D’autres critères, tels que l’expérience du gestionnaire, la qualité du parc immobilier et des locataires, sont tout aussi indispensable. N’hésitez pas à consulter un gestionnaire de patrimoine pour profiter de son expertise et de ses conseils sur ce type de placement.

Laisser un commentaire