Travail en 3×8 : découvrez tout sur cette méthode de travail

By: Thomas

Faire les trois-huit est devenu une expression courante de la vie professionnelle. Il s’agit en fait d’une forme de travail postée. En clair, les salariés se succèdent au même poste en respectant le rythme défini par le droit du travail et la convention collective de l’entreprise. Dans les grandes lignes, ce mode opératoire en 3×8 permet de faire fonctionner une entreprise 7j/7 et 24h/24 pour honorer un carnet de commandes. D’autre part, les machines étant de plus en plus perfectionnées dans les usines, leur rentabilité nécessite parfois une utilisation en continu. Néanmoins le travail 3×8 peut être pénible notamment la nuit et engendre des effets avérés et probables sur la santé. Des mesures de prévention doivent associer le salarié à l’organisation de son planning qui constitue un facteur important dans l’acceptation de ces horaires flexibles. L’intérim et l’ère du numérique ont aussi mis en place d’autres formes de travail atypiques qu’il est important de connaître.

Qu’est-ce que le système du travail en 3×8 ?

Ce système de travail fonctionne avec des horaires atypiques. C’est-à-dire qu’un aménagement spécial du temps de travail est proposé aux salariés qui ne bénéficient pas d’horaires dits standards. Ces contraintes s’exercent plus particulièrement à l’hôpital public, ou 44 % du personnel médical (infirmières, aides-soignantes) est concerné par le travail en 3×8. Selon la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche et des Statistiques),  seuls 37 % des Français ont des horaires standards à l’heure actuelle. Force est de constater qu’une majorité travaille en horaire atypique. 19 % des Français occupent un poste de nuit ou en week-end. 17,5 % travaillent à temps partiel et 10 % de façon plus occasionnelle. Les 10 % restants supportent des horaires longs et flexibles.

L’INRS (l’Institut National de Recherche et de Sécurité) déconseille l’organisation en 3×8 qu’elle considère comme la plus délétère pour l’organisme soumis à des états de désynchronisation répétés. Les modalités de rotation les mieux adaptées seraient les (4×8, 5×8) qui limitent à 3 nuits de travail consécutives l’occupation du poste de travail.

Cadre légal du travail en 3×8

La loi établit un cadre légal qui a pour but de régir l’application du travail en rotation. Dans les grandes lignes, cela vise à concilier les intérêts des entreprises avec le bien-être et la santé de ses salariés. La société a le devoir de mettre en place quelques points cruciaux pour assurer une parfaite gestion de la méthode.

  • Utilité de signer une convention. Selon la législation une entreprise est libre de fixer ses horaires de travail normaux et atypiques. Néanmoins la mise en place du travail qu’il soit posté ou en rotation réclame l’obtention d’une autorisation. Cette dernière prend la forme d’une convention signée, d’un décret ou d’un accord de branche.
  • Les règles de sécurité et d’hygiène. La loi oblige l’entreprise qui fonctionne en travail 3×8 de fournir à ses salariés un niveau de sécurité et d’hygiène suffisant afin qu’ils puissent exercer leurs missions dans des conditions optimales et conformes aux réglementations en vigueur.
  • L’égalité des salariés qui sont affectés en équipe de nuit. L’affectation des différentes équipes ne doit pas favoriser une personne plutôt qu’une autre, notamment en équipe de nuit. En conformité avec la loi, un salarié qui travaille en équipe de nuit n’a pas le droit de le faire plus de deux semaines consécutives. En revanche, si le salarié en fait la demande à titre personnel, il peut être affecté de façon définitive ou durant plus de deux semaines.
  • Le respect du temps de repos situé entre les horaires de travail. Une entreprise qui fonctionne de façon atypique nécessite qu’elle adopte des mesures spécifiques pour contrer les risques que peut provoquer le travail en3x8. L’une des mesures phares concerne le temps de repos.Celui-ci doit être accordé aux salariées et respecté à la lettre par les cadres dirigeants de l’entreprise. C’est-à-dire qu’un travailleur doit bénéficier d’un temps de repos minimum qui est de 12 heures entre ses jours de service. Dans le cas où l’entreprise impose un rythme de travail de six heures par jourle salarié doit bénéficier en retour d’une pause d’une durée minimum de 15 minutes. En outre, l’entreprise se porte garante de l’éducation et de l’accompagnement de chaque salarié dans l’importance des jours de repos pour préserver leur santé.
À lire aussi   Héritier réservataire : qu’est ce que c’est ?

Cette organisation atypique des horaires de travail en 3X8 permet de faire fonctionner l’entreprise 24h/24 et 7j/7. Le droit du travail permet d’assurer une bonne gestion au niveau de la rotation des équipes pour prévenir tous les risques d’accidents du travail.

 Quels sont les horaires du 3×8 ?

Plusieurs combinaisons sont possibles comme :

  • le travail flexible s’étend sur des amplitudes de journées qui sont variables. Par exemple : à temps partiel, moins de 6 heures en journée ou en horaire long qui dépasse 40 heures par semaine,
  • les temps de travail cycliques ou irréguliers. Rythme en 3×8 ou 2×12 proposés le plus souvent,
  • le travail en soirée. De 21 heures à minuit,
  • le travail la nuit. De 21 heures jusqu’à 6 heures du matin,
  • le travail le week-end. Samedi, dimanche et jours fériés inclus,
  • les journées discontinues ou fragmentées avec des coupures (temps de pose) de plusieurs heures,
  • le travail sur astreintes ou appel de l’employeur.

 Est-ce que le système du travail en 3×8 est performant ?

Chaque entreprise ou organisation cherche le système de travail le plus performant pour fonctionner de manière optimale. Certains secteurs d’activités doivent être ouverts pendant les heures de fermeture. Ce fonctionnement induit une organisation particulière du temps de travail en 3×8. Prenons pour exemple les hôpitaux,  les sociétés de transport, les hôtels, la sécurité ou certaines usines. Force est de constater qu’elles ont recours à un mode opératoire en travail posé. Les travailleurs rattachés vont alors exercer en alternance.

Les avantages du 3×8

Avantages pour les entreprises

L’utilisation en continu du parc de machines d’une entreprise fait baisser le coût de revient de la production. Selon un nouveau rapport publié par l’OIT (l’Organisation Internationale du Travail), des horaires de travail atypiques peuvent favoriser les économies et les entreprises tout en aidant les employés et les familles à mieux équilibrer vie privée et vie professionnelle. La flexibilité du temps de travail  permet aussi à une entreprise confrontée à une augmentation de son carnet de commandes de recourir au travail  3×8 de façon momentanée. Alors qu’en temps normal, l’ensemble des travailleurs fonctionnent en horaire standard. À l’inverse, en cas de baisse de commandes, les salariés sont incités à solder leurs congés pour éviter le chômage technique.

À lire aussi   Faut-il garder de l’argent chez soi ?

Avantages pour les salariés

Travailler en 3×8 est plus astreignant qu’un horaire classique pour un salarié. C’est la raison pour laquelle, un certain nombre d’avantages sont offerts. En principe, un système de majoration inclut une prime de 30% sur le salaire de base pour les travailleurs postés en horaires décalés. Chaque convention collective d’entreprise à ses propres règles pour récompenser ses salariés qui travaillent en horaire atypique. En général, les salariés postés en 3×8 bénéficient de deux jours de repos durant la semaine. Les temps libres sont plus nombreux. Pour un travailleur qui termine à l’aube ou en mi-journée, il profite du reste de la journée pour ses loisirs.

Le travail en 3×8 et la santé des travailleurs

Les mécanismes du  travail 3X8 ont été étudiés pour le travail de nuit. La désynchronisation de l’horloge biologique est  consécutive à un manque de sommeil. Cela peut déclencher de l’anxiété et du stress. Certaines personnes sont sujettes à des troubles digestifs ou intestinaux. Les troubles psychosociaux sont plus fréquents chez ceux qui vont travailler en 3×8. En conséquence, une perte de concentration peut provoquer des accidents de travail.

Importance de la prévention

L’être humain dispose d’un rythme circadien régulé par des horloges biologiques internes. Celles-ci permettent de stabiliser d’importants phénomènes biologiques comme le sommeil, la digestion et les sécrétions hormonales. Par exemple chez les travailleurs de nuit ou postés en 3×8, l’exposition anormale à la lumière du jour perturbe les rythmes biologiques et désynchronise les horloges internes. Les effets sur la santé sont : les troubles du sommeil, la baisse des capacités de concentration et de mémoire, l’anxiété, la dépression, les accidents cardiovasculaires, etc.

Comme le travail posté ne peut pas être évité, certaines bonnes pratiques permettent de prévenir les effets avérés et probables sur la santé.

  1. Agir sur la forme d’organisation du travail. Une vitesse de rotation rapide tous les 2-3 jours doit être associée à une microsieste nocturne ou remplacer par un 2×8 avec une équipe de nuit postée en permanente.
  2. Adapter les horaires de travail. Les postes longs qui dépassent 8 heures doivent être évités. L’heure de prise de poste du matin est à repousser si possible après 6 heures. Les week-ends travaillés doivent être limités pour ne pas interférer avec la vie familiale.
  3. Information et formation des salariés. Les personnes doivent connaître les effets du travail posté ou de nuit sur leur santé. La sensibilisation à l’hygiène de vie et au sommeil est obligatoire.
  4. Consultation des salariés. L’association des salariés aux discussions concernant la mise en place des horaires 3×8 leur permet de mieux coordonner leur vie sociale, professionnelle et familiale.
À lire aussi   Investissement en SCPI : les 5 erreurs à éviter

En cas d’intolérance à certains horaires, le médecin du travail peut conseiller au chef d’entreprise d’adapter les postes selon les chronotypes des travailleurs. Par exemple, un lève-tôt sera plus opérationnel sur un poste du matin.

Autres systèmes de travail atypique

En dehors du temps de travail 3×8 et standard, d’autres arrangements professionnels sont connus dont l’emploi par intérim, le travail à domicile et les plateformes numériques de travail.

L’emploi par intérim

Son fonctionnement est tripartite entre le salarié, l’agence intérimaire et l’entreprise. Cependant c’est l’agence qui constitue le véritable employeur du candidat. Après la signature d’un contrat de travail, elle lui propose une mission rémunérée sous forme de salaire. L’intérimaire effectue une mission précise à titre temporaire dans l’entreprise. Il peut enchaîner par la suite plusieurs contrats pour différents employeurs sur des temps plus ou moins longs.

Le travail à domicile

Avec le passage à l’ère numérique, certaines tâches administratives peuvent aussi bien être effectuées à domicile qu’au bureau. Dans ce cas, les employés d’une entreprise ou les free-lance sont équipés d’équipements informatiques adaptés à leur activité. Les confinements liés au Covid ont accru le télétravail qui s’inscrit maintenant dans le fonctionnement normal d’une entreprise.

Les plateformes numériques de travail

L’émergence des plateformes numériques est l’une des dernières mutations du monde du travail. L’intermédiation numérique repose soit sur des plateformes d’externalisation ouverte, ou sur des applications mobiles qui utilisent la géolocalisation. Dans le premier cas, le travail est externalisé par appel ouvert à une foultitude d’individus répartis dans le monde entier. Dans l’autre cas, des tâches sont assignées par une entreprise à des personnes qui sont regroupées dans un même périmètre géographique. La nature des missions se restreint à des services comme le transport, le ménage à domicile ou les courses.

Laisser un commentaire